Soirée de l’Attractivité 2016

Soirée de l’Attractivité 2016

Le « Global Cities Investment Monitor 2016 », réalisé par OpinionWay pour Paris-Ile de France Capitale Economique et KPMG, indique que Paris Ile-de-France bénéficie toujours d’une excellente image à travers le monde et reste dans le trio de tête des citations spontanées, derrière New York et Londres.

Le sondage réalisé par OpinionWay pour Paris-Ile de France Capitale Economique (PCE) et KPMG auprès de 500 investisseurs internationaux et dévoilé jeudi 7 juillet 2016 lors de la Soirée de l’Attractivité de PCE au Cercle France-Amérique, montre que Paris reste une valeur sûre. Le Global Cities Investment Monitor 2016 révèle la perception des investisseurs internationaux sur l’attractivité des principales métropoles et leur classement mondial. Il montre que l’image de Paris Ile-de-France s’améliore en Asie et en Amérique, deux régions du monde particulièrement dynamiques pour les investissements internationaux.

Christian Nibourel
Président de Paris-Ile de France Capitale Economique

© Jgp

En termes d’attractivité, Paris gagne une place et se positionne au 4e rang derrière Londres, New York et Shanghai. Seule parmi les autres métropoles européennes à intégrer le Top 10 : Berlin. Francfort est à la 13e place. Interrogés sur les perspectives d’amélioration de l’attractivité des grandes métropoles mondiales dans les trois années à venir, les investisseurs internationaux donnent Paris au 6e rang (+2). Là aussi, elle est la seule métropole européenne, à part Londres.

A la recherche de la stabilité juridique

Le « Global cities investment monitor 2016 » permet de hiérarchiser les critères de choix des investisseurs et de positionner les métropoles sur ces critères. Les trois principaux critères sont la stabilité politique et la sécurité juridique (90 % de citations), la qualité des infrastructures (88 %) et la croissance économique (85 %). « Ces critères gagnent en importance globalement mais ne doivent pas faire oublier que d’autres peuvent être un facteur de différenciation pour capter les investissements, notamment le coût de l’immobilier et du travail, la qualité de la recherche et de l’innovation et la qualité de vie », souligne PCE.

Sur l’ensemble de ces critères, Paris Ile-de-France améliore sa performance, passant de la 5ème à la 4e position, derrière New York, Londres et San Francisco. De son côté, Shanghai rétrograde d’une place. Paris progresse sur la qualité des ressources humaines et la qualité de vie. Mais elle reste absente du top 5 sur le principal critère : la stabilité politique et la sécurité juridique, dans un contexte où le Brexit n’était pas encore une option sérieuse.

JO et Expo U : un impact positif

Concernant l’impact des attentats sur l’image de Paris et de l’Europe, les investisseurs y sont plus sensibles en Asie et au Moyen Orient qu’en Europe et en Amérique, mais ils n’estiment pas que le risque impacte Paris plus que le reste de l’Europe. « Il est important de rappeler que les retombées économiques sont jugées être les mêmes », souligne PCE.

Partout dans le monde, les investisseurs internationaux estiment que l’organisation des Jeux olympiques aussi bien que celle de l’Exposition universelle auraient un impact positif sur l’attractivité de la Région Capitale, avec une sensibilité particulièrement forte dans les Pays du Golfe et en Asie. Enfin, Paris Ile-de-France est reconnue comme l’une smart city où il fait bon innover, en particulier par les investisseurs américains. « Il est à noter que les tendances dévoilées par le « Global Cities Investment Monitor 2016 » les années précédentes se sont avérées des indicateurs avancés fiables pour les investissements effectivement réalisés dans notre Région Capitale et ses concurrentes. Cette enquête complète en effet la partie « réalité » qui fait le point chaque année sur le nombre réel d’investissements réalisés dans les premières 25 métropoles du monde », souligne Chiara Corazza, directeur général de PCE.

« Il est à noter que les tendances dévoilées par le « Global cities investment monitor 2016 » les années précédentes se sont avérées des indicateurs avancés fiables pour les investissements effectivement réalisés dans notre Région Capitale et ses concurrentes » a souligné Chiara Corazza, directeur général de Paris-Ile de France Capitale Economique. © Jgp

« Ces résultats démontrent que Paris Ile-de-France doit renforcer sa stabilité politique et sa sécurité juridique, sans quoi elle ne bénéficiera pas pleinement du nouveau contexte européen, ajoute-t-elle. Par ailleurs, elle doit aussi jouer de son image reconnue en matière d’innovation, confortée par des événements internationaux prestigieux comme l’Exposition universelle, pour capter de nouvelles sources d’investissements fortement différenciants en provenance de continents à fort potentiel comme l’Amérique ou l’Asie. »

La place forte asiatique

Pour Jay Nirsimloo, président de KPMG France, « Un double mouvement s’opère à travers le monde : comme je l’avais pressenti en 2015, une véritable place forte asiatique est en train de se structurer, et la maturité de l’écosystème digital devient un critère majeur d’attractivité pour les investisseurs. Dans un contexte d’incertitude croissante et d’instabilité, avec une Europe en quête de leadership et menacée de régression, les métropoles qui tireront leur épingle du jeu seront celles qui arriveront à drainer les investissements asiatiques et à développer leur image technologique mais aussi leur réalité technologique.

Ce sont aussi celles qui assureront un cadre de vie heureux et modernisé, dans un environnement institutionnel et financier sécurisant. De ce point de vue, la poursuite des projets autour du Grand Paris d’une part, et le Brexit d’autre part, sont incontestablement des atouts pour Paris Ile-de-France », estime-t-il.

Alexion et Facebook

Lauréats des Prix de l’Investisseur International de l’Année

Alexion pour son centre de R&D à Paris, premier hub européen de recherche pour les maladies rares et sévères et Facebook pour son centre de recherche européen dédié à l’intelligence artificielle ont reçu jeudi 7 juillet 2016, le prix de l’Investisseur International de l’Année de Paris-Ile de France Capitale Economique.

En juin 2015, Alexion a établi son centre de R&D à Paris, son premier hub européen de recherche pour les maladies rares et sévères. « Ce Centre a pour ambition d’améliorer les connaissances actuelles sur certaines pathologies rares et souvent dévastatrices, et de mener à la découverte de traitements destinés à transformer la vie des patients souffrant de ces maladies », indique PCE. Le centre R&D d’Alexion participe ainsi au développement d’une recherche de pointe et à la découverte de traitements dans les domaines de la biologie cellulaire et moléculaire, de la génomique et de l’immunogénicité.

Jane Hartley, Ambassadrice des Etats-Unis en France
Steve Uden, Vice-président Sénior Recherche, Alexion
Frédéric Dardel, Président de l’université Paris-Descartes
Chiara Corazza, directeur général de Paris-Ile de France Capitale Economique

© Jgp

Raisons de l’implantation d’Alexion en Ile-de-France :

  • Présence de ressources humaines hautement qualifiées dans le domaine des sciences de la vie
  • Proximité immédiate avec des instituts de recherche et des universités renommés pour leur innovation médicale et scientifique au niveau international
  • Longue tradition d’excellence française en matière scientifique et dans le domaine des maladies rares
  • Des partenariats noués avec des chercheurs français et européens par le passé et des opportunités de collaboration avec d’autres chercheurs et équipes médicales en France et en Europe
  • L’engagement du gouvernement français envers l’enseignement scientifiques et les institutions spécialisées dans les domaines d’expertise de l’entreprise

Fair Paris, nouveau centre de recherche européen de Facebook

Fair Paris est le nouveau centre de recherche européen de Facebook dédié à l’intelligence artificielle. Tout comme les équipes Fair déjà en place au siège de Facebook à Menlo Park en Californie et à New York, l’équipe parisienne travaillera sur d’ambitieux projets de recherche à long terme dans les domaines tels que le traitement automatique du langage, la reconnaissance du langage, la reconnaissance d’images et les types d’infrastructures logiques et physiques qui permettent de faire tourner ces systèmes avancés d’intelligence artificielle. Les équipes travaillent également à comprendre les mécanismes de l’intelligence et à développer des systèmes intelligents capables d’aider les gens au quotidien. A Paris, l’équipe Fair travaillera de façon ouverte avec toute la communauté de recherche sur l’intelligence artificielle et investira dans ses travaux, en France, et également en Europe.

L’équipe Fair dans le monde compte déjà près de 60 personnes, parmi les chercheurs et les ingénieurs les plus connus dans le domaine de l’intelligence artificielle. Le groupe est dirigé par Yann Le Cun, l’un des plus éminents scientifiques dans le domaine de l’intelligence artificielle. D’autres membres renommés font partie du groupe, parmi lesquels Rob Fergus, qui dirige le développement de la vision par ordinateur, Léon Bottou, qui mène la recherche sur le traitement automatique du langage, Vladimir Vapnik, qui est le père de la théorie statistique de l’apprentissage, Jason Weston et Ronan Collobert reconnus pour leurs travaux en apprentissage profond.

Delphine Reyre
Directrice des affaires publiques France Europe, Facebook

© Jgp

Raisons de l’implantation de Facebook en Ile-de-France :

  • L’excellence de la France dans les domaines de recherche scientifique et mathématique française, notamment en intelligence artificielle, et l’attractivité de Paris ont été déterminantes dans les raisons d’implantation de Fair Paris.
  • En choisissant Paris, Facebook confirme sa volonté de tisser des liens étroits avec la recherche française, en soutenant notamment des institutions scientifiques majeures comme Inria et en oeuvrant à l’ouverture de nouvelles opportunités pour les chercheurs, les doctorants et post-doctorants français.
  • En attirant également les meilleurs chercheurs européens en France et en stimulant le développement de start-up innovantes dans ce domaine, cette ouverture créera une dynamique positive et contribuera au rayonnement de la France dans un domaine de pointe au cœur du développement des technologies numériques.