IVe Forum Grand Paris “Innover pour réussir”

IVe Forum Grand Paris "Innover pour réussir" De nouveaux Enjeux pour une nouvelle Dynamique

Le IVe Forum du Grand Paris, innover pour réussir, était cette année placé sous le signe de l’action. Le Grand Paris est en marche, à tous les niveaux : transports, institutions, grands appels à projets. L’attractivité de Paris-Capitale constitue un enjeu d’autant plus crucial que la décision de nos voisins britanniques, en juin 2016, de quitter l’Union Européenne, change la donne. Dans ces conditions, il devient primordial de combler le déficit d’image dont souffre notre capitale.

Pour Didier KLING, le Grand Paris doit être un catalyseur de croissance pour les entreprises, et notamment pour lesplus innovantes. « Start-ups, pépinières d’entreprises… : nous vivons en ce moment un grand printemps de l’entrepreneuriat dans notre pays, et tout particulièrement dans la région Ile-de-France. Il n’existe en Europe qu’une seule capitale aussi dynamique que Paris, c’est Londres, et seule Paris est vraiment dans l’Europe ! »

Mais le Grand Paris constitue aussi un défi pour tous les acteurs impliqués : si les marchés sont impressionnants -100 milliards d’euros pour les marchés publics-, encore faut-il s’organiser pour les décrocher et les optimiser. « La Chambre joue pour sa part un rôle d’ensemblier et d’interface pour faciliter l’accès des entreprises aux marchés du Grand Paris », note Didier Kling.

L’action publique doit aussi s’adapter à l’ampleur du défi : « elle doit être rapide, efficace, car les entreprises attendent de la fluidité dans la prise de décision ». « Le Grand Paris est un projet de développement économique innovant qui aura un impact décisif sur la place de l’Ile-de-France dans le monde » conclut-il.

Christian NIBOUREL, président de Paris Ile-de-France Capitale Economique, souligne combien l’année 2016 a été dense en événements. Le Grand Paris est devenu une réalité institutionnelle, tandis que la cadence des travaux du grand Paris Express s’est accélérée.

Paris Ile-de-France Capitale Economique, a été invité, en mai, à la réunion fondatrice du club mondial des fonds souverains. En octobre, il a reçu une importante délégation chinoise, et en novembre, il a, à l’occasion du forum innovation et recherche, dévoilé une nouvelle étude montrant que Paris-Ile de France se place sur le podium mondial en matière de smart manufacturing. « Cette étude est venue nous rappeler que nous vivons dans une époque marquée par le rôle des algorithmes, et que le numérique est un accélérateur et créateur de nouveaux usages », souligne Christian Nibourel.

Autre grande date de cette année 2016 : le référendum, en juin, sur le Brexit, chez nos voisins britanniques. PCE avait justement, quelques jours auparavant, organisé avec Paris Europlace un forum « Welcome to Europe » dont plusieurs propositions ont été reprises par les pouvoirs publics. « Car le  Brexit constitue un défi et une opportunité sans précédent pour la Région ».

Les nouvelles tendances de la compétition internationale

Paris-Ile de France Capitale Economique et KPMG ont dévoilé, à l’occasion de ce quatrième forum les résultats exclusifs pour les investissements réalisés en 2016 de l’Observatoire des Investissements Internationaux dans les Principales Métropoles du Monde, le « Global Cities Investment Monitor ».

Les nouvelles approches des investisseurs

Le Grand Paris constitue indéniablement un facteur d’attractivité pour les investisseurs internationaux. Mais il faut savoir répondre à leurs demandes, bien spécifiques, et leur expliquer les particularités hexagonales. Il s’agit aussi de proposer des produits en phase avec la demande solvable du marché, soulignent les intervenants.

Les nouvelles donnes après le Brexit

Beaucoup d’efforts ont déjà été réalisé pour augmenter la compétitivité des entreprises (CICE), simplifier les démarches, constate Odile RENAUD-BASSO, Directeur Général du Trésor, ils doivent encore être accentués en matière de législation de l’urbanisme commercial, et il est vrai que la stabilité réglementaire et fiscale est souvent vue comme un point faible. Des mesures ciblées ont déjà été adoptées pour aider les candidats à  l’implantation en France. Des décisions seront prises dans les années qui viennent, et il faut que l’équipe France soit mobilisée pour valoriser au mieux les atouts de Paris.

Les nouvelles voies d’accès pour accueillir le monde

L’entrée dans Paris constitue un véritable enjeu d’attractivité pour la métropole. Qu’elle se fasse en voiture ou en transports en commun, comment la réinventer pour la rendre plus agréable, mais aussi en faire un élément de séduction des visiteurs étrangers ?

Les nouvelles énergies du Grand Paris

Nouveaux transports, nouveaux logements, nouveaux data centers : la consommation énergétique du Grand Paris devrait progresser sensiblement dans les 15 années à venir. Renforcer les approvisionnements, rendre le Grand Paris plus vertueux énergétiquement parlant, développer l’auto-production : le 4e forum de PCE a permis de dégager nombre de pistes de réflexion

Les nouvelles vitrines de l’innovation du Grand Paris

Le Grand Paris est un territoire d’innovations, et il a désormais ses vitrines : les démonstrateurs de la ville durable. Ils sont cinq, sur les 16 lauréats du premier appel à projets lancé par le gouvernement fin 2015. Deux d’entre eux, Cité 21 à Marne la Vallée, et Rêve de scènes urbaines, à Plaine Commune, exposent leur démarche.

Les nouvelles mobilités du Grand Paris

Métro, train, bus, tramway, voiture, mais aussi tram-train, navettes autonomes, transport à la demande, véhicules deux et quatre roues en libre-service, co-voiturage : l’offre de mobilité devient de plus en plus large et de plus en plus flexible. Mais aussi plus respectueuse de l’environnement.

Les nouvelles opportunités du concours « Inventons la métropole du Grand Paris »

Le concours “Inventons la métropole du Grand Paris” a rencontré un succès inespéré qui contribue à faire découvrir des lieux sous-estimés, à développer l’innovation pour construire la métropole de demain. Mais aussi à augmenter l’attractivité de la capitale.

Les nouvelles donnes après le Brexit pour les Global Cities européennes

Selon les estimations, 20 à 40 milliards d’euros pourraient quitter Londres suite au Brexit. Paris compte de nombreux atouts pour accueillir les déçus de la décision britannique. Son principal frein reste une perception trop souvent en décalage avec la réalité.

Allocution de Clôture du Forum

Voilà près de dix ans que le projet du Grand Paris a été lancé. Ce fut d’abord à l’initiative des maires de l’Ile de France lorsque, en 2006, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, amorça une démarche politique inédite : la conférence métropolitaine. Il avait pour objectif d’abolir la frontière entre Paris et sa banlieue, et d’apporter des réponses collectives aux problèmes qui pénalisent ce que l’on appelait encore  l’agglomération parisienne.
Ce fut ensuite à l’initiative du président Sarkozy que le Grand Paris est devenu une ambition nationale, en portant notamment sur le fonds baptismaux le projet du Grand Paris Express. Ce projet est exceptionnel par ses moyens qu’il concentre, et sa durée.
La France a donné rendez-vous au monde en 2024 pour les Jeux Olympiques et en 2025 pour l’exposition universelle. Ce sont là deux dossiers considérables dans la mobilisation qu’ils appellent des collectivités locales et de l’Etat pour donner une image d’unité et de force.

Le Grand Paris avance à grands pas. Nous avons fait du Grand Paris des transports un projet crédible et veillé à son financement. Le Grand Paris repose aussi sur une construction politique. Des décennies d’émiettement politique avaient conduit les municipalités d’Ile-de-France à se tourner le dos. Pour la première fois, une enceinte politique réunit l’ensemble des maires de la métropole. Mais le Grand Paris ne s’arrête pas à la petite couronne, et nous avons créé des grandes intercommunalités autour de la métropole qui peuvent mener des politiques ambitieuses.
Toutes les communes franciliennes sont désormais engagées dans un vaste mouvement de coopération et partagent leurs compétences. L’ère de la défiance est révolue. Il faut que ces dynamiques soient mises au profit de l’action sur le terrain. Nous avons, comme vous l’avez souligné, oeuvré pour l’amélioration de l’attractivité économique de la métropole. Mais nous devons aussi donner une visibilité internationale aux dispositifs que nous mettons en place. Enfin, les chefs d’entreprise demandent avant tout une stabilité du système fiscal.
C’est pourquoi je regarde chaque proposition qui m’est faite avec la plus grande attention et vigilance.
Dans le court temps qui m’est imparti, j’entends faire le plus possible pour mener des politiques publiques qui pourront bénéficier au pays. »