Faire du Grand Paris une métropole sportive et innovante

Faire du Grand Paris une métropole sportive et innovante

Le sport français connaît d’importants changements, que ce soit dans le domaine du sport de haut niveau, dans le développement de la pratique amateur, ou encore dans l’organisation des évènements sportifs. Les nouvelles technologies ont amené de véritables modifications aux pratiques et enjeux traditionnels, qui sont désormais cruciaux dans l’essor d’une métropole sportive de rang mondial.

L’écosystème de l’innovation dans le Grand Paris 

Le pôle de l’innovation sportive tourne principalement autour du Tremplin et de Paris&Co, qui révèle les créations et innovations dans le domaine du sport. Le Tremplin se définit comme une plateforme d’innovation, qui crée un lieu d’échanges sur les sujets d’innovation, liés au sport entre différents acteurs. Il a aujourd’hui 13 partenaires, à la fois institutionnels et des entreprises privées (ville de Paris, ministère des sports, CNOSF, INSEP, Nike, Décathlon, PWC, la MAIF, HBS, Business Park, FDJ, société Lepape et le groupe Amaury). Ces différentes structures financent le Tremplin et sont, en échange, mises en relation avec les startups qui prennent part à l’innovation sportive, même si leur cœur de métier n’est pas le sport. Certains d’entre eux peuvent missionner le Tremplin sur des sujets d’innovation particuliers, auquel les startups peuvent répondre. Depuis sa création, Le Tremplin a incubé plus de 100 startups, avec 20 nouvelles chaque année.

La métropole du Grand Paris bénéficie donc à ce jour d’un écosystème  à visibilité mondiale, qui se consacre à l’innovation sportive, et qui est d’ores et déjà un élément d’attractivité pour le rayonnement de la métropole française. 

L’innovation pour l’expérience supporter spectateur  

Si l’innovation est dans un premier temps la recherche de la performance du sportif et de ses équipements, elle amène dans un second temps la problématique du sport comme spectacle et expérience. Cette notion est importante dans le cadre de l’organisation d’évènements sportifs qui peuvent être organisés au sein d’un territoire. Le développement du numérique et la digitalisation des pratiques impactent aujourd’hui les deux domaines, avec de nouvelles entreprises qui apparaissent (telles que Digifood, Bfan, Vego, Moodme, Sporagraph). Il s’agit d’élargir l’expérience d’un spectateur par du divertissement en parallèle de la compétition. Le Sport-tainment s’est ainsi développé comme un secteur d’innovation, pour une expérience virtuelle et individualisée pour le spectateur. Ces nouvelles expériences nécessitent cependant la mise en place d’une structure très connectée, encore peu nombreuses aujourd’hui, à l’image du stade Allianz Riviera à Nice, le Grand Stade de Lyon et l’Accor Hôtel Arena à Paris. Ces dispositifs numériques permettent d’accroître les recettes (éviter les files d’attente, commander sans se lever) et développent une nouvelle expérience spectateur. Cette nouvelle vision du sport spectacle, est un élément central dans l’accueil par un territoire d’évènements sportifs, quelque soit leurs tailles. Dans le projet d’une métropole sportive de rang mondial, l’offre des évènements sportifs hors de la compétition est un fort élément de reconnaissance. 

L’augmentation des recettes passe aussi par la mise en place d’innovations dans le sponsoring, rendues possibles grâce au numérique et qui créent un nouveau lien avec les sponsors. De nos jours, des applications tentent par exemple de se spécialiser pour offrir des filtres et décors sur les réseaux sociaux en lien avec l’évènement, et activer un nouveau mode de sponsoring sportif. La créativité apparaît aussi dans une volonté d’aller jusqu’à offrir plusieurs contenus sportifs simultanément en temps réel. Ces produits cherchent à améliorer l’expérience vécue, fondée sur une ambiance et un accès, dans une logique de spectacle et non plus simplement de supporter. Autre initiative avec l’application Vogo 5, qui permet aux fans présents dans le stade d’avoir accès à tous les flux de caméras, de faire des zooms, de rejouer des séquences replay, très utilisée pendant les Olympiades. Il s’agit dorénavant de créer une relation avec un suporter et des fans en dehors des jours de compétitions (communication, jeux, concours, références aux actualités, conseils de sportifs, défis) qui vont permettre de contribuer aussi aux revenus pour certains clubs. 

L’ensemble de ces progrès techniques est central dans l’avenir des évènements sportifs, et surtout de l’attractivité qu’ils suscitent. Pour qu’un territoire soit concurrentiel au niveau mondial dans la réception de grands événements sportifs internationaux, il ne peut plus faire l’impasse sur ce développement, et doit au contraire en favoriser la dynamique. Le Grand Paris doit pour se présenter comme une métropole sportive épouser cette dynamique, qui contribuera grandement à son rayonnement. 

L’innovation pour la pratique sportive amateur 

L’innovation dans la pratique sportive des franciliens passe par l’apparition de nouvelles façons de pratiquer le sport, notamment grâce aux objets connectés et aux applications (telles que Strava, SportHeroes, be-equipe, la source). Ces dernières fournissent une multitude d’informations à destination de la performance, jusqu’au social où l’on peut comparer à ses contacts ses résultats. Elle véhicule une recherche de la motivation, et l’objet connecté participe à une nouvelle dynamique, jusqu’aux défis personnel ou collectif (exemple avec Sportheroes ou le but est de faire du sport au profit d’une association). On observe plus largement de nouveaux sports émergents, tels que des classiques revisités (futsal, basket 3/3), des sports en milieu urbain, plébiscités particulièrement en ile de France (10 Centres Urban Soccer et 8 centres de Vie Soccer), avec dans l’ensemble une émancipation du modèle fédéral (pas de licence, et pas de fédération). Le Esport (ou sport électronique) se développe de manière importante, particulièrement en Île-de-France depuis quelques années. La pratique n’est pas organisée institutionnellement à l’échelle nationale, mais il existe une fédération internationale. Une stratégie française 2020-2025 a été lancée en 2019 axée sur cette pratique, avec une volonté de promotion, d’accompagnement des joueurs de haut niveau, de politique de soutien, et de valorisation dans l’attractivité Française et territoriale. En parallèle des start-ups ont investi cet essor, spécialement en région parisienne, avec des équipements innovants améliorant les performances. L’influence du numérique sportif permet également de changer la manière de pratiquer un sport en offrant des perspectives de gamification, de professionnalisation et d’individualisation des pratiques. 

La gestion des équipements et infrastructures sportives pose néanmoins problème au niveau de leur utilisation. Vides sur des plages horaires creuses, les équipements sont difficiles d’accès le soir ou le weekend. Il est alors possible pour certains clubs ou particuliers, d’être mis en relation via afin d’en ouvrir des créneaux (sur un cours de tennis par exemple) en heures creuses. Dans la même logique d’optimisation, la startup Krank permet de constituer des équipes de sport collectif ou de trouver un adversaire. Très utilisée dans le football mais également disponible dans d’autres sport, les utilisateurs de cette application peuvent compléter leurs équipes avec des joueurs disponibles, en fonction de leur niveau.

L’innovation est un vecteur fort du développement du sport contemporain. Pour que Paris puise dans les ressources de la pratique sportive comme élément d’attractivité et de rayonnement, elle doit prendre en considération ces innovations, que ce soit dans le sport de haut niveau, amateur ou dans l’expérience spectateur. La métropole est un territoire qui possède de solides ressources dans ce domaine, et qui sont à encore à développer pour devenir de véritables incubateurs mondiaux.